• Expositions passées

    Dedans mes pas

    4 octobre 2010 > 24 décembre 2010
  •  
    accueil > Fondation > Expositions passées > 2010 > Patricia Cartereau
    • envoyer à un ami
    • Imprimer

    PATRICIA CARTEREAU

    Dedans mes pas

    4 novembre – 24 décembre 2010


    Des dessins d'animaux et de végétaux, parfois mêlés sur un même grand papier, envahissent le mur. Un mur pour un conte. Les fées ne sont pas que gentilles, mais pas forcément méchantes non plus. Elles sont comme est l'enfance et le souvenir qu'on en a. Pendant que l'enfance revient dans nos nuits, Patricia Cartereau veille quelque part, car elle en capte les images, fondantes, liquides, insaisissables, morcelées…

    Quand ils n'envahissent pas le mur, les dessins se font petits, encadrés, d'où coule du rouge, très délicats et perturbants, parfaitement beaux et dérangeants à souhait.

    Autrefois travaillés en séries, les sujets maintenant se mêlent les uns aux autres, créant une œuvre cohérente et forte. Oui, le monde de l'enfance y est convoqué, à condition d'entendre que l'enfance n'est pas cette période douce et charmante à laquelle beaucoup d'entre nous aimeraient croire, rétrospectivement. Mais une période qui nous fonde, avec nos zones d'ombres, de faiblesses, de peurs, mais aussi nos rayonnements, nos volontés, nos possibles accès au bonheur. Il y a tout cela dans les œuvres de Patricia Cartereau, tout cela étroitement mêlé au sein d'un même coup de pinceau.

    Cette exposition se constitue de peintures et de dessins. La peinture, chez Patricia, est une pratique longue, sur la durée. Sur la toile, elle vient, elle revient, jour après jour. Les dessins, eux, sont dans une autre temporalité. Mûrement réfléchis, pensés, sans être esquissés, ils surgissent d'un seul geste, d'un souffle, pas de retouche possible.
    De ses deux pratiques, de ces deux temps de fabrication, naissent des travaux d'une grande maîtrise, qu ouvrent sur un univers ambivalent, attirant et perturbant.

    Souvent, chez Patricia, les images sont doubles. Je pense à ces silhouettes de loup qui, au premier coup d'œil m'ont caché celle de l'enfant. Pourquoi ai-je vu celle-là et non pas celle-ci ? Que n'ai-je pas voulu voir. Tel que dans le jeu « Loup y es-tu ? » ; en plus complexe et plus trouble, Patricia Cartereau, par la subtilité de la composition de sa toile, de son dessin, nous invite à nous voir nous-mêmes dans ses compositions graphiques et colorées. Car ce que nous ne voyons pas nous révèle à nous-mêmes au moins tout autant que ce que nous choisissons de voir. Que fait cet enfant à cet oiseau ? Le loup menace ou la louve protège ? Quel est tout ce rouge qui coule et parfois troue le papier, apparition ou disparition de la forme ?
    L'artiste, ici, n'affirme pas, ne dit pas, n'assène pas.
    C'est à la part consciente et inconsciente de chacun des spectateurs de parler.

    > Patricia Cartereau a également participé à l'exposition "Les cadavres sont exquis", projet collective et évolutif associat des plasticiens et des écrivains.

    Interview avec Patricia Cartereau

  • FONDATION D'ENTREPRISE ESPACE ÉCUREUIL POUR L'ART CONTEMPORAIN - 3 PLACE DU CAPITOLE - 31000 TOULOUSE
    Tél. 05 62 30 23 30 - contact(at)caisseepargne-art-contemporain(.)fr
    Ouverture du mardi au samedi de 11h à 19 h 30 et le premier dimanche du mois de 15 h à 19 h 30. Fermeture exceptionnelle mardi 6 juin. Entrée gratuite