• Expositions passées

    Entrevoir - l'acte photographique comme suspens

    11 juin 2008 > 6 septembre 2008
  •  
    • envoyer à un ami
    • Imprimer

    Comme le clignement de la paupière qui permet le repos de l'oeil, la photographie serait ce suspens du temps entre apparition et disparition, cet éclat de lumière qui s'impressionne en un instant, pour rendre compte non comme nous le pensons communément du réel, mais de la manière même dont il nous échappe.

    Ainsi enfant, nous imaginons que lorsque nous avançons le paysage que nous venons de traverser s'efface….

    La photographie a à voir avec le fugitif, la dématérialisation, l'impossible saisie du réel ; opération paradoxale où ce que l'on croit voir se dérobe, la photographie serait ce passage, cet entre-deux, ce que l'on ne peut qu'entrevoir entre deux instants successifs, ce moment de suspens entre deux temps, moment qui ne serait ni fluide ni figé, à la fois fluide et figé, ni vide ni habité, à la fois vide et habité…. Entre deux !

    Ce n'est donc pas à une saisie du réel que nous sommes convoqués, considérant la photographie comme preuve, mais bien à l'épreuve d'une expérimentation visuelle en résonance à une expérience intérieure et poétisée de notre relation au monde.
    L'expérience serait celle d'une transformation du réel par sa re-présentation photographique, qui est à considérer comme un mode perceptif volontairement tourné vers une connaissance plutôt qu'une reconnaissance, connaissance d'un au-delà du visible, de ce qui ne peut apparaître qu'en disparaissant, soit la manière dont le visible se défausse dans l'acte même de le percevoir : l'immobilité d'un mouvement, l'ombre dans la lumière, la présence de l'absence, c'est-à-dire une bi-polarité vive qui permet d'entrevoir ce qui la constitue : une fulgurance, une verticalité de cet instant saisi par la photographie qui creuse l'image parce qu'il est aussi le temps d'un éclat , le temps d'un suspens.

    Les trois photographes invités à la Fondation - Marc Gibert, Michel Chassat et Jean Rault - très différents dans leur implication professionnelle et dans leur appréhension de la photographie, participent toutefois chacun à leur manière, de cette attitude perceptive et poétique face au réel.

    photographies de Michel Chassat, Marc Gibert et Jean Rault

  • FONDATION D'ENTREPRISE ESPACE ÉCUREUIL POUR L'ART CONTEMPORAIN - 3 PLACE DU CAPITOLE - 31000 TOULOUSE
    Tél. 05 62 30 23 30 - contact(at)caisseepargne-art-contemporain(.)fr
    Ouverture du mardi au samedi de 11h à 19 h 30 et le premier dimanche du mois de 15 h à 19 h 30. Ouverture le samedi 11 novembre 2017. Entrée gratuite