Les cadavres sont exquis
La collection de la Fondation

23 mars – 30 avril 2021


Le cadavre n'est exquis que s'il est collectif.

Initiée en 2005 par le dessin de Jean Le Gac Le Peintre a disparu, la collection de la Fondation adapte le principe du cadavre exquis surréaliste* à une temporalité étendue. Œuvre collective et évolutive, elle est progressivement enrichie des créations de plasticiens ayant exposé sur nos murs, et d'auteurs dont les univers sont proches de notre programmation. Chaque contributeur ne connaît de la série que le texte ou la peinture, le dessin… précédant immédiatement sa proposition.

Ainsi, pour ne citer qu'un fragment des « Cadavres sont exquis » : le texte de Paul-Louis Rossi est transmis au compositeur Roland Ossart. Celui-ci s'appuie sur le manuscrit pour concevoir un son envoyé à Peter Kröning, auquel il inspire une sculpture ensuite présentée à Laurent Mauvigner, qui écrit un texte…

Le visiteur se fait enquêteur, guettant l'indice parfois ténu reliant chacune des trente-et-une productions originales à celle qui la précède et celle qui la suit.


* Selon le principe de ce jeu imaginé en 1925 par le groupe surréaliste, chaque participant poursuit une œuvre littéraire ou plastique engagée au préalable, en ignorant ce que le précédent a produit.

photographies :
François Talairach

NOTRE CADAVRE EXQUIS PARTICIPATIF

L'exposition "Les Cadavres sont exquis" sera de ces expositions fantômes, que le confinement n'a pas permis d'ouvrir aux publics.

Pour pallier la fermeture, nous avons dès le 23 mars proposé aux passants et utilisateurs de facebook de participer à un cadavre collectif. Chaque nouvelle proposition s'inspirant de l'image ou des mots d'un précédent participant, est imprimée et affichée dans l'entrée de la Fondation, visible depuis nos vitrines. L'ensemble progresse régulièrement, offrant aux usagers de la place du Capitole une exposition évolutive, et aux personnes qui nous suivent sur les réseaux sociaux, une part active et créative...

Pour leur participation, merci à :

Patricia Combacal (pour sa photo)

Megan Guimet (pour son photomontage)

Enzo Karamitros (pour ses photomontages)

Patrick Calsou (pour sa photo)

Yvonne Lange (pour sa photo)

Gilbert Cousteaux (pour ses photos et phrases)

Rogèlio (pour l'œuvre de Salvador Dalí)

Séveu Dedieu (pour l'œuvre de Ron Mueck et sa phrase)

Christelle Richard-Dauphinot (pour sa photo)

Vincent Caillé (pour sa photo)

Arepo (pour son dessin)

Jean-Jacques Dorne (pour ses photos)

Sandi Dard (pour ses photos et phrases)

ArtBook Toulouse (pour sa phrase)

Marie-Claire Laffaire (pour son dessin)

Christine Gambert (pour son dessin et sa photo)

Valérie Simoulin (pour la toile de Renoir)

Viviane Fournier (pour son poème)

Julie Hourlier (pour son dessin)

Emilie Fontes (pour sa photographie Mamie et Maman la tête dans les nuages)

Eric Bouchard (pour sa photo)

Alphonsine Yaksa Bizet (pour sa photo)

Agathe Raybaud (pour sa photo)

Helene Wolff-Eugene (pour son texte)

Sophie Soum (pour sa photo)

Fabienne Savarit (pour son texte)

...

et aux membres de la Fondation qui à un moment ou à un autre, se sont prêtés au jeu !