ECOLE BÉNEZET

ECOLE MATERNELLE BENEZET – TOULOUSE


nom de l'enseignante : Marie BAELE
Petite Section

Pistes de réflexion pour l'enseignant
• L'argile : une matière brute ?
• Proposer des situations qui permettent d'explorer les oppositions lourd/léger, carré/arrondi avec différentes matières
• Imprimer la trace d'un geste et l'empreinte d'un objet dans l'argile
• Aborder la notion de collection avec et sans reproduction à l'identique
• Initier à la production d'un objet qui représente la synthèse de l'exploration de l'argile, de la confrontation entre différentes matières et d'une réflexion collective sur les oppositions lourd/léger et carré/arrondi à partir d'apports culturels divers


Proposition de travail
• Découverte et exploration libre d'une nouvelle matière : l'argile
•.Trier des matières ou objets légers comme des nuages
• Comment déformer, transformer un morceau d'argile ?
•.Découvrir les œuvres d'artistes qui utilisent cette matière
•.Fabriquer un objet en argile qui donne à voir la légèreté des nuages

Références
• Haguiko et Jean-Pierre Viot, exposition HAD
• Yoko Ono « A hole to see the sky trough » de, 1971 (format carte postale)
• Caitlind Brown « Cloud » Nuit Blanche à Calgary, Canada
• Michael Sailstorfer, installation, photo DR / Copyright les artistes / Musée Reattu Arles
•.Eugène Boudin, Nuages blancs, ciel bleu vers 1854-1859, pastel sur papier 14,8 x 21 cm, Honfleur musée Eugène Boudin/ photo H.Brauner


Situation d'apprentissage
• Découvrir et explorer librement de l'argile présenté en pain, tranches et boules
• Élaboration et institutionnalisation d'un lexique commun des gestes possibles avec et sur cette matière, avec ou sans outils
•.Trier des matières légères comme des nuages par opposition à des objets qui ne le sont pas, les collecter dans un sachet transparent
•.Découper la photo de son nuage préféré, la coller sur un support, en faire collection
• Visiter l'exposition HAD et observer les productions en argile, devenir « visiteur »
•.Explorer les valises pédagogiques de la Fondation Ecureuil, toucher les œuvres, découvrir les productions d'autres artistes
• Participer à une réflexion collective pour transposer une technique sur papier (percer un trou cf Yoko Ono « A hole to see the sky strough ») avec de l'argile
• Élaborer collectivement une collection de « trous pour voir les nuages » avec leurs sachets de matières légères


Réalisation(s) exposée(s)
« Des trous pour voir les nuages », collection (argile, photo, matières légères diverses)

Enseignante : Béchour Mélissa .                                                                                           Niveau de classe : CM1

 
Projet interdisciplinaire :
arts plastiques, lecture, écriture.


Pistes de réflexion pour l'enseignant

- Découvrir, expérimenter les possibilités qu'offrent un médium (le fusain), un support (le calque) et un logiciel de traitement de l'image (photo filtre 7) pour représenter un souvenir présent ou lointain.
- Considérer le hasard comme matériau, se l'approprier.
- Comment mettre la littérature au service des arts plastiques pour créer et enrichir une culture commune de classe ?

Proposition de travail
Questionnement sur l'expression « Et pour toujours », sur la notion de souvenir.
- Comment rendre un souvenir lointain mais toujours présent ?
- Chercher comment représenter la notion d'effacement, d'opacité et de transparence avec le fusain, le calque, le scotch et un logiciel de photo.
- Réaliser une installation collective représentant une mémoire commune

Références 
- Jean-Baptiste Regnault, « L'origine de la peinture », 1735 - Le mythe de la fille de Dibutadès.


Situation d'apprentissage
-Visite de l'exposition HAD, hier, aujourd'hui, demain où les élèves ont pu découvrir l'exposition à partir d'un carnet de visite.
- Première sollicitation par un questionnement sur l'expression « Et pour toujours ». Confrontation et analyse des différentes réponses.
- Définition du souvenir : analyse d'œuvre : Jean-Baptiste Regnault, « L'origine de la peinture », écrits et dessins de souvenirs personnels...
- Écriture d'un souvenir imaginaire en utilisant le lexique de la guerre/ paix en s'appuyant sur la structure de « Ce jour-là » de Rascal.
– Recherche plastique sur la notion d'effacement, observation et choix du médium les plus efficaces (fusain pour les souvenirs qui disparaissent, feutres, Posca, peinture pour les souvenirs présents), support (calque, scotch, …)
- rendre ce souvenir de plus en plus lointain mais toujours présent : fusain, calque, scotch, logiciel photo filtre.
- exploration avec utilisation d'un lexique spécifique (froissé, plier, frotter, décalquer, flouter, lumineux...)
- contraintes : reproduire, affiner, s'approprier, transformer, transposer.

Réalisation(s) exposée(s)
- Choix et mise en scène des productions « Souvenirs lointains ».

Enseignante : Dorothée SALES
Niveau de classe : CM1/CM2


Pistes de réflexion pour l'enseignant


• Elaborer un projet qui questionne la notion de temps, des souvenirs anciens et de la mémoire commune de la classe


• Expérimenter à travers différents médium(s), supports, les moyens de représentation de souvenirs qu'ils soient « d'hier » flous, nets, ou « d'aujourd'hui »

.
• Organiser la réalisation d'une réponse plastique à la sollicitation « Et pour toujours », à partir des questionnements et de moyens de représentations découverts.

Références
• Robert MALAVAL, œuvres de l'exposition « Les Aliments Blancs » 2006
• Kasimir MALEVITCH, Carré blanc sur fond blanc, 1918
• L'album de RASCAL Beau jour tout blanc illustré par des hommes détenus à la maison d'arrêt de Pau au cours des ateliers du plasticien Jean-Louis BUECHER, 2013
• Court-métrage d'animation Le retour de Natalia CHERNYSHEVA, 2013
• Court-métrage d'animation Sur les rails de Jérémy GUITER, 2011

Situation d'apprentissage


• Visite de l'exposition « HAD », découverte de l'exposition à l'aide d'un carnet de visite.
• Première sollicitation par un questionnement sur l'expression « Et pour toujours » : confrontation et analyse des différentes réponses.
• Produire un écrit sur les souvenirs : mise en mots et caractérisation des souvenirs avec un répertoire de mots choisis.
• Ecrire et dire les pensées de personnages de tableaux de différents artistes (Léonard de Vinci, Henri Rachou) : enregistrements de productions orales.
• Construire un répertoire de gestes (déchirer, découper, plier, rouler, chiffonner, tourner…) pour exprimer les mots du répertoire de l'expression d'un souvenir.
• Travailler autour du blanc et de sa symbolique : pâleur, neutralité, propreté, pureté, neige, non-couleur, non-présence, le spectre d'un souvenir ; le blanc semble inaccessible, le blanc comme trou de mémoire…
• Représenter son souvenir d'hier avec les gestes et techniques choisis sur des supports imposés (carton, papier, papier cartonné).
• Recherche autour de la « mise en lumière » de l'installation où les formes blanches des souvenirs sur blanc se révèlent différemment.
• Recherche puis mise en œuvre d'une production collective représentant les souvenirs d'hier et la mémoire commune d'aujourd'hui, cachée à l'intérieur de la boîte.
• Initiation aux techniques d'enregistrement oraux.

Réalisation(s) exposée(s)
« boîte à souvenirs sur papiers blancs »,

installation
Technique mixte

Enseignant : Stéphane Sinner                                                                                               Niveau de classe : CM2



Pistes de réflexion pour l'enseignant


• Élaborer un projet qui questionne la notion d'une mémoire commune à la classe.
• Expérimenter à travers différents médium(s), supports, les moyens de représentation de souvenirs qu'ils soient « présents », qu'ils s'effacent, qu'ils aient disparu…
• Organiser la réalisation d'une réponse plastique à la sollicitation …Et pour toujours , à partir des questionnements et de moyens de représentations découverts.

Proposition de travail


• Questionnement sur l'expression …Et pour toujours, sur la notion de souvenir.
• Comment représenter un souvenir qu'il soit présent dans notre mémoire ou qu'il s'efface ?
Chercher comment représenter la notion d'effacement, d'opacité et de transparence.
Réaliser une installation collective représentant une mémoire commune et qui interpelle le visiteur.

Références


• Jean-Baptiste Regnault, « L'origine de la peinture », 1735 - Le mythe de la fille de Dibutadès.
Renoir « Le moulin de la Galette »,
Chiaru Shiota, « After the dream »
Banksy et plus largement l'art urbain.

Situation d'apprentissage

• Visite de l'exposition HAD, hier, aujourd'hui, demain, découverte de l'exposition à l'aide d'un carnet de visite.
• Première sollicitation par un questionnement sur l'expression …Et pour toujours 
Confrontation et analyse des différentes réponses.
• Représentation du « souvenir » d'une œuvre vue en classe dans le courant de l'année Dali Atomicus de Philippe hallsman. Observation de ce qu'il reste… détails plus ou moins réels, organisation / désorganisation de l'espace,…
Représentation d'un souvenir précis du projet d'éducation artistique et culturelle (musique et danse) mené par la classe en octobre dans le cadre du festival Toulouse les orgues à l'aide de différents supports, matériaux, médiums… puis rendre ce souvenir de plus en plus lointain.
Recherche plastique sur la notion d'effacement, observation et choix du médium les plus efficaces (fusain pour les souvenirs qui disparaissent, feutres, Posca, peinture (couleurs vives pour les souvenirs présents), support (calque, ruban adhésif, rhodoïd, …)
Observation et confrontation avec des œuvres d'artistes : Renoir « Le moulin de la Galette », Chiaru Shiota « After the dream »
Recherche puis mise en œuvre d'une production collective représentant une possible mémoire commune de la classe. Envisager la perception de l'œuvre du point de vue du regardeur.
Recherche pour une « mise en lumière » de l'installation. utilisation d'un objet technique : la fibre optique.


Réalisation exposée 
« Souvenirs perdus », installation
Technique mixte.