ISCID

ISCID- INSTITUT SUPERIEUR COULEUR IMAGE DESIGN – MONTAUBAN (82)
Enseignants : Lucie Ling, Maître de conférence en Arts Appliqués
Niveau : Master 1

Pistes de réflexion
Trouver une manière de lier le travail des artistes.
Elaborer un projet qui questionne la notion de paysage sensoriel et de paysage sensible.
Chercher à représenter à travers la céramique, les rapports d'échelle et de point de vue qui transforment l'objet (proche/lointain).

Proposition de travail
Vous explorerez dans un premier temps, les potentialités que l'alliance du grès blanc et de la porcelaine peuvent faire naître (Phase d'expérimentations).
Vous travaillerez à partir de la forme « cylindre », qui permet des usages et des manipulations variables. Le cylindre synthétise les idées de creux, mais aussi de passages, de circulations. Il s'agira de développer à travers lui des sensibilités paysagères grâce au travail des textures.
Vous développerez une gamme chromatique matérialisant la notion de paysage.
La production finale mettra en valeur à la fois notre spécificité « couleur/matière/lumière» (liée à la formation), et une démarche de designer-plasticien (créer un objet sensoriel et sensible).
Contrainte : conserver une unité dans le traitement du cylindre, créer une gamme couleur d'émaux cohérente, valoriser la sensorialité.

Références
Johann Wolfgang von Goethe, Traité des couleurs (Farbenlehre), 1808-1810.
Caspar David FRIEDRICH, Le voyage contemplant une mer de nuages, 1818, Hambourg.
Croquis (extraits de carnets) et toiles de Joseph Mallord William TURNER (1775 1851) comme The Burning of the Houses of Parliament, from the River (1834, aquarelle sur papier).
Revêtements muraux Phenomenon du designer Tokujin YOSHIOKA.
Ouvrages et méthodes coloristiques de Shiguenobu, KOBAYASHI (1925- ) : A book of colors (1987), Color Image Scale (1992) et Colorist: A Practical Handbook for Personal and Professional Use (1999).

Situation d'apprentissage
Expérimentation de la matière céramique, partir du mélange entre porcelaine (blanc translucide) et grès blanc (blanc gris opaque). Lier ces deux argiles hautes températures.
Réalisation d'un brainstorming à partir des différents pistes proposées par la fondation. Suggestion d'un terme « famille », recoupant le travail d'Hagiko et celui de Jean-Pierre Viot, apparaît alors le mot : « horizons ». A partir du terme, développement de sensibilités : fraîcheur, frisson, moite, humide, dense, lourd, épais… sur le principe du cylindre (idée de la jumelle, longue vue etc.)
Naissance d'un dispositif lié à une approche coloristique : la carte couleur (ou cartographie). Celle-ci renvoyant à la fois à la notion de paysage, mais aussi à la question d'une visibilité sur un espace/lieu (dissémination).

Réalisation(s) exposée(s)
« Horizon(s) », cartographie chromatique, sensorielle et sensible.