Collège Pierre de Fermat - Toulouse - #1

Professeurs : Anne Charlery (Arts Plastiques) et Karine Alquier (Français)
Niveau : 4ème

Pistes de réflexion

  • S'interroger sur le monde qui est le nôtre ; observer les objets de notre quotidien, les détourner de leur fonction pour mieux comprendre le mécanisme qui anime le désir et le processus de création qui en découle.
  • Appréhender l'objet dans sa plasticité et par le medium photographique.
  • Réfléchir sur la mise en scène de l'œuvre dans la salle d'exposition et du rapport de l'artiste à son public (distanciation ? participation ?).
  • Favoriser le travail en autonomie et les situations de production par petits groupes.
  • Expérimenter une approche transdisciplinaire du sujet (arts plastiques et français).

Proposition de travail

« Vous inventerez l'objet de votre désir en transfigurant un objet de votre quotidien. Un texte – notice l'accompagnera. En « journalistes sociologues », vous mènerez l'enquête sur le sujet « l'objet de mon désir » ».

Références

  • Artistiques : Le surréalisme ; les effets de reflets dans la peinture ; Guiseppe Penone pour les reflets dans les yeux + les artistes des expositions* « L'objet de mon désir ».
  • Littéraires : La notion de bovarysme : « La Parure » de Guy de Maupassant (1884) ; « Le Portefeuille » d'Anton Tchékhov (1885) ; « La danseuse » de Paul Fournel in Les grosses rêveuses (1981) ; « Le Veston ensorcelé » de Dino Buzzati (1966) ; Eugène Rastignac le dandy ambitieux + La dimension intertextuelle (réactualisation du conte de Cendrillon (le conte, « La Parure », la chanson éponyme du groupe Téléphone) et du personnage mythologique de Vénus (le mythe ; Nana de Zola ; « Venus Anadyomène » de Rimbaud) + le travail de Martine Camillieri.

Situations d'apprentissage

  • Visite des expositions Banalités de Martine Camillieri et Bloom, une vision végétale*.
  • Réflexion sur le désir menée à l'aune des œuvres et textes rencontrés en amont de l'exposition. La part belle est faite au sens de la vue.
  • Elaboration plastique de l'objet surréaliste (transfiguration d'un objet, lui-même désiré, du quotidien) et du photomontage (reflet de l'objet photographié dans l'iris).
  • Inscription au tableau des objets de désir. Photographie du tableau. Lancement de l'enquête (différentes situations de communication : via facebook, micro-trottoir, entourage, milieu scolaire, Espace Ecureuil).
  • Rédaction de la notice explicative, d'un passage argumentatif sur le choix de l'objet et le désir qui a motivé ce choix, d'une anecdote personnelle (réactualisation d'un mythe qui renvoie au désir de posséder une vertu).
  • Elaboration sous forme de liste d'un « code barre » (esthétique de l'empilement qui renvoie à l'aspect commercial, reproductible, interchangeable et au processus d'imitation vectorisé par le désir avant qu'il ne se libère dans la création).

Réalisations exposées

« L'objet : regard sur nos désirs »
Projection du travail plastique et photographique accompagné d'un catalogue et d'une liste d'objets de désir, appliquée au mur, à prolonger par le visiteur du lieu d'exposition.