COLLEGE ANDRE MALRAUX - MME LAPORTE

COLLEGE ANDRE MALRAUX-RAMONVILLE ST AGNE (31)
Professeur : Marie LAPORTE, Arts Plastiques.
Niveau : 4ème (E, F, H).

Pistes de réflexion


• Construire un projet collectif à trois classes de 4ème.
• Suivre le parcours d'une œuvre, de son élaboration à l'exposition.
• Approche de la gravure. Travail au trait et en réserve.
• Notions abordées : l'assemblage, la narration, l'ombre et la lumière, les valeurs.

Proposition de travail


Les élèves imaginent la ville, la nuit, et la représentent sur une feuille format A4. Le cadrage et la composition sont libres.
Les élèves doivent trouver des solutions pour rendre les valeurs et les jeux d'ombres et de lumière, avec le stylo noir comme seul outil. L'espace de la feuille doit être recouvert.
Les notions de valeurs, de zones en réserve, et de graphisme sont alors abordées.
C'est un travail individuel.
Mais ensuite, les travaux ont été assemblés, comme une sorte de patchwork de nuances de gris, en essayant de regrouper les travaux par intensité de valeur, et en créant une continuité graphique (lignes qui correspondent d'un dessin à l'autre, etc.).
Les élèves ont trouvé que cette œuvre finale dégageait au premier abord un sentiment de solitude, par l'absence de couleur, par ces villes presque éteintes, et seulement éclairées par la lune, les étoiles, et quelques lampadaires. Comme si tout était arrêté, calme. Mais lorsque l'on observe chaque dessin, on commence à apercevoir des personnages et de la vie dans les immeubles…
La ville a été choisie comme thème pour cette exposition car, comme un organisme vivant, elle est toujours en mouvement : alternant vitesse, foule et bruit, avec le calme du sommeil nocturne.

Références


• Emilie Faïf, exposition à l'espace Ecureuil.
• Gustave Doré, illustrations pour les Contes de Perrault et Londres, 19ème.

Situations d'apprentissage
• Présentation et étude des œuvres d'Emilie Faïf, en dégageant des notions spécifiques à chaque œuvre.
• Proposition de projets par les élèves, en réponse à «Tu sais, c'est vivant » et au thème de la ville, sous forme de croquis.
• Prise en compte de la contrainte de l'utilisation d'un seul outil, d'habitude utilisé pour l'écriture.
• Mise en commun des travaux et assemblage, en essayant de trouver une unité.
• Préparatifs de l'exposition : oeuvre, cartel…

Réalisation(s) exposée(s)


« La ville, la nuit », assemblage de dessins au stylo noir sur papier.